+(977) 9851048968 info@nepalayak.com

Sur les 14 sommets de plus de 8000 mètres que compte l’Himalaya, 8 se trouvent au Népal. D’ouest en est on trouve :

Le Dhaulagiri (8167m) est entièrement situé sur le territoire du Népal. Son nom signifie « montagne blanche ».
Sa première ascension remonte au 13 mai 1960.

L’Annapurna (8091m) tire son nom de la Déesse Annapurna, déesse des moissons. Il est localisé sur le territoire népalais.
Jusqu’à aujourd’hui, l’Annapurna reste le sommet de plus de 8000 mètres le plus difficile à gravir avec seulement 10% de réussite pour les ascensions tentées et près de 40% de morts pour les alpinistes engagés sur ces expéditions.
Pourtant, l’Annapurna fut le premier sommet de plus de 8000 mètres gravi. Cela remonte au 3 juin 1950 avec l’expédition française de Maurice Herzog et Louis Lachenal dans l’Himalaya.

Le Manaslu (8163m) est lui aussi complètement positionné au Népal. Son nom vient du mot sanskrit « manasa » qui signifie montagne de l’esprit.
Sa première ascension remonte au 9 mai 1956.
Localement, le Manaslu est souvent appelé « the killer mountain » ou la montagne tueuse en raison du nombre d’alpinistes morts sur ses pentes.

Le Cho Oyu (8201m) est localisé sur la frontière entre le Tibet et le Népal. Son nom signifie « Déesse Turquoise » en tibétain.
Ce sommet est réputé pour être le plus « facile »  des sommets de plus de 8000 mètres avec un taux de réussite de plus de 60% pour les expéditions engagées.
Il a été gravi pour la première fois le 19 octobre 1954.

L’Everest (8848m) est situé sur la frontière entre le Tibet et le Népal. Appelé « Chomolungma » par les Tibétains et « Sagarmatha » par les Népalais, cela signifie « toit du monde » ; quant au nom « Everest » il fut donné en hommage au Colonel Sir George Everest avant que son nom local ne fut connu.
Sa première ascension remonte au 29 mai 1953 par le Néo-Zélandais Sir Edmund Hillary et le Népalais Tenzing Norgay Sherpa.
Bien qu’il soit le point culminant du globe, son ascension n’est pas réputée très difficile et il a déjà été gravi par près de 6000 alpinistes. Devenu une vraie autoroute dans l’Himalaya, l’Everest a d’ailleurs accueilli 885 personnes à son sommet pour la saison du printemps 2019.

Le Lhotse (8516m) marque lui aussi la frontière entre le Tibet et le Népal.
Son nom signifie « pic du sud » en tibétain car c’est un sommet dans la lignée de l’Everest dont il est séparé par le Col Sud à plus de 7900 mètres d’altitude.
Il a été gravi pour la première fois le 18 mai 1956.

Le Makalu (8481m) a grossièrement la forme d’une pyramide à quatre côtés. Il est placé à la frontière entre le Tibet et le Népal.
Son nom signifie « le grand noir » et sa première ascension remonte au 15 mai 1955. C’est sur les pentes de cette montagne qu’est décédé l’alpiniste français Jean-Christophe Lafaille en janvier 2006.

Le Kangchenjunga (8586m) est le troisième point culminant de la planète et se trouve sur la frontière est entre le Népal et l’Inde.
Son nom signifie « les cinq trésors des neiges » en référence aux cinq pics qui constituent son sommet.
Ce sommet de l’Himalaya fut gravi pour la première fois le 25 mai 1955.